Texte: L'univers

L’univers du monde séparer

Texte ajouté en janvier 2020

Vue par l’énergie du Pêre, de l’esprit.

Vocabulaire

Dieu, UN est l’unité du père-ciel et de la mêre-terre

Le monde de séaparation est l’expérience du deux

 

J’écris selon mon niveau de conscience et mes expériences. Je n’ai pas encore tout vue de mon inconscient et il peut influencer mes textes, pour cela, ne me croyez pas vérifier toujours si ça vous parle, si c’est juste pour vous.

Tout ce que j’écris, je le demande à l’univers représenté par mon corps. J’écris sur mon expérience vécu. Dans le but de prouver que nous avons tout en nous, toute la connaissance nous est donné.

Ce qui est infiniment grand est comme ce qui est infiniment petit, quelques a dit ça !

Quand j’écris, je demande d’être guidé par mes guides, je me centre, j’exprime ce que je connais et je me laisse guidé vers ce que je ne connais pas, je ne sais pas du tout ce que j’écris, mais je fais confiance et je suis toujours touché par ce que je reçois. Je vérifie dans mon corps que c’est vraiment comme cela que ça se passe, je demande à me montrer ce que j’écris et je le ressens dans mon corps. Ce que j’écris émerge de mon corps, tout est déjà là. Je ne doit pas apprendre, mais redécouvrir, il y a une vérité, elle est la même en chaqu’un de nous et en tout cet univers pour cette dimension. Laissez vous Ecouté comme moi, vérifier pour que l’Esprit et la matière(le corps) s’unissent dans la même vérité.

Poser moi toutes les questions que vous voulez, j’y réponderai dans les prochains textes, ça me permettera d’aller plus loin

 

L’univers

Le corps est la représentation de l’univers. Il a été créer lors du bigbang . lorsque je guéris une partie de moi, je guéris l’univer. Je guéris le monde séparer «  voir texte ». Le lien est telement fort entre le corp et l’univers. Nous vivons l’expérience selon l’allignement des planet selon le positionnement de tout l’Univers. Le corp évolue en même que l’univers, nous avons dans cette forme-pensée depuis notre corps de changer tout l’univers.

 

Le romanesco ou le fractal

L’infiniment grand et l’infiniment petit

L’évolution de l’univers, réchauffement climatique

Cette univers se retrouver dans différentes échelles, l’univers est dans la cellule, dans le corps, dans la terre, dans l’univers. Comme nous nous avons notre corps qui représente l’univers, si je regarde ma main, elle représente mon corps. Mes bras représente mes jambes, mon cerveau-mes intestins, mes pieds-mes mains, la bouche-l’anus, pour le haut et le bas. Il y a une partie en lien avec le ciel et l’autre avec la terre. Comme le romanesco a sa représentation du choux et des racines. Due à l’expérience de la terre de la dualité, le haut et le bas, ou l’expérience ou l’on retrouve le « un ». Le ciel est imprimé sur la terre et la terre dans le ciel. Comme le corps avec le bas et le haut. Si j’irai vivre sur une autre planet du systhème solaire, comme le soleil, je vivrai l’expérience du cœur. Sur Vénus l’expérience du rein. Sur terre je viens vivre l’expérience de l’os, j’ai demander plusieur fois et j’entend que la terre est en lien avec les os. La vibration de la terre vibre à travers de mes os, toute la terre vibre à travers mon corps. Je vois les océans, les vent et les nuages, la structure de la terre avec ses minéraux à travers mes os. Le magma et le centre de la terre en lien avec le plexus. Je sens les forets autour et en moi, les mousses sur ma peau, les animaux fesant partie de moi. Je sens la colère des humains, leur male être. Les poissons et cétacé, les baleines, tout est en moi, je suis toute la création et je suis dans toute la création.  Si je polue les océans ou que je polue l’eau en moi, c’est pareil. Ce qui se passe dans les océans se passe en moi. Au niveau physique je me pollue par la nourriture, le manque de respect de la vie. Je mange des résidues de plastique, je mange des pesticides, je rend mon corps toxique, je ne respecte pas sa vie, je lui demande d’être ce que je veux qu’il soit pour répondre à mes croyances de ma vie. Je garde dans mon corps les mémoires du passé, je les alimente au lieu de les laiseer ce libérer.  Je me suis coupé de la réalité de la vie saine. L’humain se pollue et pollue la terre. Il s’est éloigné de lui de sa source, il s’est perdu. Il est incapable de s’aimer. Ses tristesses s’ont énorme et affecte la terre.  Il est leur du grand changement, la terre est dans un cycle de nettoyage naturelle, un cycle d’élévation de conscience. Tous les humains ont été appelé pour vivre ce changement, tous. Tous les être de la terre le savent sans exception. Nous provoquons un changement radical pour tous les être qui le souhaite, chaqu’un va pouvoir retrouver son unité, retrouver son lien à l’Amour, vous serez accompagné dans ce processus. N’ayez pas peur, vous allez simplement voir les dernières parties, vos dernières croyances afin de retrouver l’unité. Vous redeviendrez ce que vous avez toujours été, ce que vous désirez le plus au fond de vous, vous retrouverez votre place au saint de l’univers. Vous serez aimé à jamais, c’est la fin de l’expérience du monde séparer. Soyez confiant, créer de nouvelle structure, de nouvelle dynamique, des échange, permettez-vous de vivre un rêve heureux, vous en avez le pouvoir. Rester centré sur vous, les événement vous se suivrent, lâcher le contrôle, lâcher la croyance que vous êtes responsable de la fin du monde, tout ce qui se passe est prévu, tout fait partie du plan divin, nous sommes avec vous à chaque instant. Permettez-vous d’être touché et de traverser chaque émotions de peur, vous allez renaitre à un monde bien plus beau, soyez confiant. Ce qui se passe est naturel, il est juste le reflet de vos croyances. Soyez confiant !!! C’est l’Esprit de la terre et du changement qui m’a parlé.

Vous n’êtes pas reponsable du réchauffemnent planétaire, votre pouvoir destructeur n’est pas aussi grand. Mais vous y croyez, vous croyez que vous êtes responsable ce qui se passe, vous ne voyez que l’effet de vos pensées. Mais cette expérience est bien plus grande, vous croyez avoir un effet sur l’Amour avec vos pensées. Vous vous bloquez simplement à l’expérience d’Amour. Comme expliquer dans le textes rencontre avec l’autre. Vous vous focalisez sur une partie de l’expérience, vous voyez la destruction qui fait partie de vous. Mais ce n’est pas cela qui se passe. L’expérience que vous allez vivre est un cadeau pour votre âme, une élévation de la conscience. Un retrour vers l’unité.

 

L’humain et l’univers

Je peux depuis mon corps guérir tout l’univers.

Sur terre, nous venons expérimenter la séparation, le séparation est importante, elle permets de compléter le monde divin. Le cœur est vraiment là pour enregistrer l’expérience vécu, quelle soit bonne ou mauvaise, ça reste une expérience sans jugement. Tout est une expérience, tout ! cette expérience permets à l’ètre de parfaire son évolution. Il va expérimenter tout ce qui n’est pas Dieu, UN !

Le monde de séparation a été voulu par tous les être qui y vive, tous on choisi de vivre cette expérience. C’est la force d’y croire qui nous fait rester dans ce monde, à la recherche de l’Amour. Ce besoin d’être à l’égal de Dieu (Un). Le monde de la séparation existe seulement parce qu’on y croit, parce qu’on veut croire que nous sommes créateur. Nous expérimentons individuelement ce qu’est d’être créateur. Chacun croit au fond de lui qu’il est à lui seul créateur de l’univers, c’est une expérience unique que nous vivons sur terre. Honoré cette expérience a chaque instant, ne la subissez pas. Accepter d’avoir voulu vivre cette expérience, une bonne fois pour toute. Je suis créateur du monde de séparation et innocent, totalement innocent. Cette expérience a été voulue. Pour Dieu (UN) tout ce que vous avez fait ou pas fait a déjà été pardonné. Dieu vous remercie d’avoir choisi de vivre l’extention de l’univer. Cette expérience fait partie du plan divin.  A aucun moment, il vous jugera. A aucun moment, il a eu le sentiment d’avoir été trompé, lorsque que vous avez choisi de quitter le paradis. Vous êtes et serai toujours avec lui, toujours, c’est ainsi. Vous avez cru créer un monde séparer de lui et vous croyez qu’il vous en veut. Quand créant ce monde séparer, Dieu (Un), vous en veut et vous avez peur de le retrouver. Vous préférez rester dans vos croyances plutôt que vous laissez aimé. C’est la peur de Dieu (UN) qui a remplacer l’Amour. Vous connaisez le chemin, vous savez qui vous êtes, vous vous réjouissez de retrouver votre état divin, de retrouver l’Unité.  De retrouvez qui « je suis »

Exemple : a 11 ans, j’avais besoin de m’acheter quelques chose pour moi. Pour avoir cette argent, j’ai volé dans le porte-monnaie de ma maman. Et je me suis fait prendre. J’ai eu honte et je me suis senti coupable. Mes parents ne m’ont pas puni,

Est-ce que lorsque je guérris quelques choses, est-ce tout le changement oppéré dans l’univers qui fait que je guéris, je suis simplement l’observateur du changement, des libérations vécu en moi, mais plus l’auteur du changement. De ce point de vue là, je me sentirais pas coupable du changement planétaire, du réchauffement, mais je serai l’observateur. Je fais partie intégrante de l’élévation des conscience.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La naissance de l’univers

Vue par l’énergie du Pêre/Ciel

Dans le ventre de notre mêre nous intégrons, nous recréons le monde séparer, nous intégrons, tout ce que nous allons vivre.

Tout le code génétique, tout l’univers ce trouve dans l’ovule de la mêre et le sperme du père. Avec toute l’histoire du monde séparer depuis le bigbang. C’est la fusion de deux être qui créer la première cellule, l’univers. Comme tout être vivant, le noyaux d’un arbre végétaux, animaux. La fusion vient de la séparation des 2 principes, masculin-féminin. Et de cette cellule première née de la fusion du pêre et de la mêre se créer la division, le deux du monde séparer. Nous vivons l’expérience du deux.

Pour retrouver l’unité, nous revivons toutes ses divisions dans le sens inverse. Nous nous libérons de chaque schéma de la pensée divisée, comme la cellule depuis la cellule première s’est divisé en million de cellule existant dans notre corp.  Et pour finir, nous retrouvons la fusion première, et nous nous voyons « Un » principe créateur, « Un » de unité. Nous retrouvons le monde divin ou tout est uni, tout vibre à l’unisson. Dans mon corp, en lien avec chaque humain, animaux, végétaux et minéraux. Nous aurons intégré le « Tout »

Nous passons d’un pur esprit à corps/esprit.

Dans le ventre de notre mêre nous intégrons tout ce que nous allons vivre. Chaque cellule joue un role qui leur ont été donner dans le corp. En représentation parfaite avec l’univers. Elle sont codée dans un rôle précis. Les cellules du fois rempli ce rôle, si notre univers serai différent notre corp serai différents. Il y a une partie du code qui créer un corp comme le nôtre, nous avons tous le même corp de base, c’est le code de l’expérience séparée pour la terre.  Il y a un code du type d’humain, sa race, son lieu de vie. L’histoire de la famille, de la terre, de la race tout est transmis.

Durant les 9 premiers mois de la grossesse, l’enfant a déjà tout ses codes de la matrice, tout ce qu’il est venu expérimenté est déjà là. Les schémas du monde de séparation sont déjà là, l’enfant expérimente une première fois dans le ventre de sa mêre. Si ma mêre vit la peur de perdre l’enfant, l’enfant le vie depuis l’intérieur, ceux qu’il vivra correspondera à son code de monde séparer. Ce sera djà inscris, c’est pour cela qu’il le vit lui.

 

La naissance de l’homme

L’univers est créer en 9 mois dans le ventre d’une mêre. Le corps étant la représentation parfaite de l’univers. Durant ses 9 mois, nous oublions Dieu, nous n’avons plus de contacte avec le pêre, nous sommes en contacte avec la mêre, nous créons une relation intime avec elle. Nous vivons l’expérience du plein, tout ce que nous vivons durant nos 9 mois sera imprénié en nous, c’est l’emprinte de ce que nous allons vivre à l’extérieur.  L’accouchement est le moment ou nous allons vivre le grand vide ou nous allons rencontrer le pêre, ce moment est tellement fort que certaine partie de nous reste dans le ventre. La transition est telement énorme…Ce sentant séparer de la mêre, un lien fusionnelle avec la mêre se créer, l’enfant a besoin énorme de retrouver sa mêre, il va devoir l’indentifier rapidemment, par les odeurs, les sons. Entre le moment ou il sort et le moment ou il se retrouve en contact avec sa mêre est un moment angoissant pour moi. Il y a le grand vide, les sensations autour du corps ne sont pas les mêmes, j’ai senti et reconnu la présence du pêre. Je distingue des couleurs et des bruits de personne. C’est un moment impressionnant, je fais partie d’un toute, je n’ai pas de limite, j’ai des sensation sur mon corps, mais elles sont différentes de celle que j’avais dans le ventre de ma maman. Je cherche à retrouver ma mêre, je cherche à retrouver le plein, une partie de moi retourne dans le ventre. On m’a coupé le cordon bilicale, ça me créer un stress, je me demande comment je vais faire pour vivre. Je m’écoute respirer. Je retrouve ma mêre, je me font en elle pour retrouver ce plein. Je tête et j’apprend à vivre dans ce nouveau monde, voilà ma naissance.  Qui dit qu’on s’en souvient pas ?

 

 

Je créer mon univers

Lorsque je crois que je suis séparer, j’oublie le pêre et je créer un monde séparer. Je créer mon propre monde. En venant vivre sur terre en temps qu’humain, nous venons vivre une dimension bien spécifique. Pour nous permettre de l’intégrer et d’évoluer vers une autre dimension, une autre matrice. Nous vivons tous les mêmes pensées fesant parties du monde de séparation. Cette matrice est comme cela ! après chacun viendra vivre spécifiquement certaine pensée, suivant son peuple, son pays, sa famille, son vécu. Comme Monsento que je critiquais beaucoup, eux vive une partie qui existe dans la matrice et il réveille cette partie chez moi et que je critique.  Je pense qu’on a un peu de tout. Lorsque je vois des enfants en Afrique mourir de faim, ça me touche, ça vient résonner sur ma peur de manquer de nourriture, tout me montre une partie de moi. Chaque fois que je reconnais ma projection, que je reconnais ce qui m’a toucher, je reconnais que je l’ai créer et je permets à la matrice d’évoluer. Suivant quelle pensée, je crois, je vais créer un monde selon mes pensées. Je ne verrai ce que je projette. Et chacun projette son propre univer, si je pense que les Français sont pauvre, je verrai la pauvreté en France. Si je pense que l’humanité est en déclin, je verrai l’humanité ce décliner. Et je vais créer ce que je crois. Si je pense au fond de moi que je n’ai pas de valeur, on va me montrer que je n’ai pas de valeur. Si je pense que les pesticides vont polluer la terre, il le feront. J’ai vue à la télé un sage Indien, ingurgité une dose mortel de mercure, il dit que le mercure n’avait plus d’effet sur lui, il l’avait transender. Un gars que je connais très évolué a été visiter une maison ou sa compagne géobiologiste voyait des entités, lui n’en voyais pas. Si l’on prend un faite d’actualité, chacun va débattre sur le sujet, donner son avis dessus. Chacun va voir avec ses filtres cette actualité, chacun voit sa projection du fait d’actualité. Mais si vous arrivez à voir chez vous ce qui vous touche, vous pourrez le libérer chez vous et changer le monde, changer votre monde, votre univers. Temps qu’on n’en prend pas conscience que nous créons notre monde, nous continuons à répéter, répéter. Nous croyons être l’effet du monde, dans la conscience collective, nous croyons que dieu a créer notre monde et nous le subisons. Il y a une culpabilité de pensé que nous l’avons crée, car nous croyons avoir pris la place de Dieu. Cette culpabilité est une protection, tant que nous n’osons pas reprendre la responsabilité de notre monde. Ce monde de séparation, nous l’avons dit »oui » je te veux, mais maintenant nous sommes pris dedans et n’osons plus le remettre face à la vérité. À chaque petit pas que je fais, chaque petite pensée que je reconnais, l’Amour reprend sa place. Je redonne la place à Dieu. Même le sentiment de culpabilité qui est le fondement du monde séparation, ne sera remplacé par l’Amour. En deux mot, Dieu a créer que l’Amour, tout le reste s’est moi qui l’ai crée.

 

Mon univers, ma matrice

Je vois au niveau du 2ème chakra, mon monde. Je suis toujours connecté au ventre de ma mêre. Depuis cette matrice que je créé en permanence, Je demande d’avoir toujours les personnage qui ont construit mon enfance. Dans mon enfance, je créer mon monde et je vais l’expériementer. Je veux que les mondes qui m’entourent corresponde à ma matrice. Lorsque je change d’environnement, je recrée les mêmes personnages que je veux dans mon matrice, dans mon monde. Ce sont tous des personnage que je n’ai pas encore intégré et je demande à mon extérieur d’être ses personnages. Mon grand exemple, c’est ma maman, j’ai toujours ce besoin de fusionner avec ma maman pour garder ce monde de séparation créer avec elle en vie. C’est comme le passage du ventre que j’aimerai toujours réelle à la naissance d’un monde extérieur, d’ou le mot venir au monde. Je pense que l’on est dans ce monde et en même temps ce monde correspond à la matrice que j’ai créer dans le ventre de ma mêre. Il me faut à nouveau sortir de la matrice, monde séparer pour renaitre au tout.

Dans mon monde, j’ai tous les roles de mon enfance que je n’ai pas digéré qui sont présent. J’arrive dans un nouveau groupe et je dis inconscienmment, mon monde se compose de mon pêre, ma mêre, ma sœur, une personne qui m’a fait du mal, un ami proche avec qui j’ai beaucoup d’affinité et je distribue les rôles à chaqu’un. Et je les vois jouer parfaitement le rôle que je les ai donné. J’active en moi ses rôles, si une personne (la personne qui me fait du mal)n’est pas là pour quelques temps, ça ne me va pas, il me manque quelques choses. Je vis mon histoire que’une personne m’a fait du mal tout seul, vue que je n’ai trouvé personne d’autre qui veut jouer ce rôle et que je l’ai distribué à cette personne. La personne joue très bien son rôle, j’ai vu les même attitudes, les même comportement que la personne que j’avais dans mon enfance. Elle joue ce que moi, j’ai vu de cette personne, ce que je n’ai pas encore pardonné. J’ai besoin de ses personnages pour que mon monde existe, mon monde de séparation. Je crois que si je n’ai plus ses personnage, je  serai seul, je n’aurai plus personne avec qui jouer. En écrivant, je ressens un peu la folie de créer des personnages et je ressens la honte, car je pense que je suis le seul à faire cela. C’est un mécanisme caché de projection, un peu plus difficile à reconnaître pour moi, mais je sens que j’ai touché quelques choses de profond. Un mécanisme que j’ai vue et qui se libère.  Dans cette matrice ou je fais jouer des rôles aux autres, il y a un attachement à l’autre et à mon jeu, mon histoire que je veux vivre avec l’autre. Je ne reconnais bien évidemment pas le rôle que j’ai donné à l’autre, je me sépare pour protéger mon mécanisme et je l’accuse pour avoir le pouvoir, maintenir l’autre dans le rôle que je lui ai demandé de jouer. Toi, tu es comme cela, c’est le principe des étiquettes, je te colle une étiquette, tu es incapable et je le prouve toute la journée par des faits réelle. C’est la guerre des mondes, la gueurre du pouvoir, a qui a raison, je veux imposer mon monde à l’autre. Je veux l’éliminer pour faire gagner mon monde, je veux fusionner avec lui pour croire que nos mondes s’accordent, en fusionnent j’intègre l’autre à mon monde, il est moi et je suis lui, mais je suis plus personne, j’existe à travers lui, l’autre m’appartient totalement. Un besoin de retrouver ma relation avec ma mêre dans le ventre ou je crois étions « un » c’est se souvenir du « un » que je veux retrouver. Car, une fois sortie du ventre, j’ai vécu la séparation, le deux, moi et ma mêre. Dans mon inconscient, je pense quand retrouvant la fusion avec la mêre, je retrouverai le paradis, le « un ». C’est un leur avec quoi j’ai joué et joué…En fusionnent, je veux faire qu’un avec l’autre, comme avec la mêre, je crois que j’ai exister que pour elle. J’étais en elle et en fusionnent avec un autre, je vais en lui dans son monde, sa matrice et je crois exister. Mais dans la fusion, je ne suis rien et je fais tout pour la garder, faudrai pas qu’elle me foute dehors, alors je soigne cette fusion. Je fais pour être aimé et garder la fusion, si l’autre aime la maison propre, je ne vais pas m’occuper de moi, mais rendre la maison propre pour être comme l’autre veut que je sois et fusionner avec son monde. Il y a une partie de moi que je n’ai pas pu aimé, alors je suis prêt à rendre ma maison propre pour que l’autre aime cette partie dans la fusion.  Cette partie, je l’aime pas chez moi, mais l’autre l’aime chez lui et je pense être aimé. Toute l’histoire faire des consessions, de faire plaisir à l’autre.  Je dois correspondre à l’autre, corespondre au monde de l’autre pour être aimé. Je peux aussi imiter l’autre, en immitant je retrouve la relation avec ma mêre, je deviens comme l’autre et fusionne avec lui, au début de ma vie, j’ai immiter afin d’être comme ma mêre, mon pêre. C’est un mécanisme d’apprentissage, mais aussi d’appartenance à l’autre. Dans la relation, il peut y avoir des conflits, mais après on retrouve vite la fusion en fesant l’amour par exemple. L’orgasme étant le moyen de scéller la fusion, de s’appartenir, de posséder l’autre. Lorsque j’éjacule dans le vagin, je mets une partie de moi dans le ventre de la femme, dans sa matrice. Lorsque la femme a son orgasme, elle étend son monde que je m’approprie pour l’intégrer à ma matrice. Je donnerai plus de détail pour les intéresser dans le texte »la fonction du corps ».

En lâchant tous mes rôles, je me sens seul au monde, je n’existe plus, je me sens inutil. En fesant jouer des rôles au autre, j’ai l’impression d’exister dans mon rôle, lorsque je lâche un de mes rôles, une partie de moi que j’ai voulu faire exister, un attachement d’une histoire vécu et non digérée. En lâchant, mon monde devient neutre, je décide de traverser de sortir du ventre afin de lâcher la matrice, je traverse le trou de l’aiguille et de renaître.

 

Ma relation à l’autre, ma reléation a l’univers

L’autre est un outil formidable pour voir et guérir nos pensées, reconnaître nos créations, notre univers.

J’ai vécu une situation ou l’on m’a complétement dévalorisé, pour mon interlocuteur, je ne « valais » plus rien. J’ai été ébranler jusqu’au fond de moi, j’ai été très touché par cette situation. J’aurai aimé lui faire payer ce qu’il a dit, j’ai voulu réagir à ça. Ok, tu me fais ça et bien je vais te faire la même chose, yeux pour yeux, dent pour dent.

Yeux pour yeux est une réaction qui a été pour moi la seul valable durant bien des années, pour montrer à l’autre ce qu’il ma fait vivre, comment j’ai souffert par son attitude. Yeux pour yeux est une réaction de dualité et en faite en fesant cela, je répétais ce qu’il m’avait fait et je ne m’en sortais pas de la situation. Comme ça, je rentrais dans un conflit avec l’autre. Je peux me défendre, allé au tribunal et avoir raison,mais si je n’ai pas conscience que s’est moi qui crée cette situation, Je fais réelle ce qu’il m’a fait. Je fais réelle « qu’il m’aie dévalorisé » et je l’accuse de cela. Vous pouvez gagner et avoir raison, mais c’est vous que vous accusez. Moi, je suis plus introverti que extraverti, une situation dans le monde me permets de me connecter à toute son histoire et en prendre la responsabilité. Mais vous pouvez très bien vous défendre, dire « non » on ne m’accusera plus d’être « sans valeur » ou je ne m’accuserai plus. Faire des démarches  et réagir à chaque fois que la personne vous interpelle pour lui dire « Non » tu ne me parle pas comme cela, j’ai de la valeur. Je vis cette axe, mais en moi sans bruit.

Alors moi, pour ne pas vivre tout ça, j’ai reconnu que si une personne me dévalorisais et bien je me dévalorisais. Et là, l’émotion de colère fit son apparition. Parce que c’est un jeu que j’ai mis en place pour accuser l’autre de m’avoir dévalorisé. Et ce jeu, comme en échec est implacable.  C’est l’autre qui m’a dévalorisé, moi j’ai rien fait ;) je ne lui ai rien demandé. Comme j’explique dans le texte « donner et recevoir ». Nous fonctionnons par fréquence vibratoire, l’autre vient réveiller par sa fréquence ce qui et caché en soi.  Après avoir traversé la colère et des larmes, j’ai retrouvé en moi, cette dévalorisation. Par le passé, j’ai vécu à deux reprise des chefs de cuisine qui m’ont dévalorisé mon travail, je me croyais sans valeur. Donc, la personne qui m’a dévalorisé a trouvé chez moi une faible, une faille. Je lui en veux encore de m’avoir traité de la sorte. Mais, je commence à lui remercier de m’avoir permis de prendre conscience de ce mal être.

Mon processus de libération m’a pris du temps, après avoir reconnu que la croyance en la « dévalorisation » était chez moi et que je voulais m’en libérer. Je n’étais plus dans la dualité, mais j’ai retrouvé le un. J’ai introspecté toute mon histoire et croyance sur la dévalorisation. Au fure à mesure de mon travail, la personne qui me dévalorisait, me touchait moi par ses propos. Mais, j’étais encore touché, j’ai revécu toutes les émotions due à cette pensée. A chaque fois que j’étais en relation avec cette personne, je voyais son évolution. Elle ne réagisais plus aussi fort contre moi, ma blessure se refermais. Un jour, j’ai vue que ça ne me touchait plus. En même temps que je me libérais la personne en face de moi lachait son emprise sur moi. Maintenant, il reste encore un petit peu, Je reste vigilant pour ne pas recroire que je suis «  sans valeur ». Je vais vivre les 3 phases de libération expliquée ci-dessous(fonctionnement du conscien et inconscient). C’est vraiment incroyable, comment la relation a changé. J’ai simplement reconnu que je m’accusais comme elle m’accusait d’être « sans valeur ». ça fonctionne comme cela pour tout l’univers, avec une personne, un animal, un brin d’herbe, un ouragan, tout.  Pour ceux qui choisisse ce chemin conscient de libération, chaque situation est une opportunité de guérison.

 

Unité

L’humain et l’humanité s’est éloigné de lui. L’humain est une espèce animal sur terre et elle n’est pas la seul. Chaque petite herbes, caillon, insecte, arbre, oiseau, poisson, même une batérie est sur terre pour vivre une expérience et celle de l’unité. Qui dans tous ses vies terrestres se croit d’ésuni des autres, fonctionne pour elle seul, ce croyant au dessus des autres et plus évoluée… ;) Il est important de retrouver notre place au milieu des autres espèces.  Je pense pour cela qu’il faut prendre en compte de l’existance des autres espèces. Dans chaqu’une de mes actions du quotidien, je suis en lien avec tout les êtres qui m’entoure. Est-ce que dans mes actions quotidiennes, je le fais pour moi(dans l’égo) ou dans Moi au centre du tout ?

Exemple : lorsque je tond ma pelouse, je me suis intérogé pourquoi je la tond ? Aie-je demandé au habitant de ma pelouse, si je peux la tondre. Est-ce que en la tondant, j’empêche des êtres de vivre ou pas? Si j’aime avoir une plouse tondue et que des insectes ont besoin de fleures comment cohabiter. Je pense que déjà de leur demander ou leur expliquer pourquoi, je tond la pelouse, car la pelouse tondue est beau pour moi! Si vous expliquer au lieu ou pousse votre pelouse et vous lui expliquez pour quelle raison vous le faite, il sera déjà reconnu et pris en considération. Reconnaître le vivant qu’ils soit minérale, végétale, animal ou humain est pour moi le premier pas. Essayé votre vie va changer! Moi, comme cuisinier, quand il m’est possible, je dis « boujour » au poisson que je vais cuire, je le reconnais. Je lui explique pourquoi je le cuisine pour quelle circonstance, je le prépare et je le remercie d’avoir vécu, ce qui se passe est incroyable! C’est respectueux et incroyable, vous recréer un lien, vous reconnaissez l’unité! Je le fait pour tout et ça change tout! Lorsque j’attrappe un virus, lorsque je vais à la gouille, quand je rencontre une personne, à mon ordinateur, quand je me vois dans la glace le matin.

Nous fesons partie d’un tout, nous devrions comme humain, demander l’autorisation de couper un arbre, chaque arbre a son importance, s’il pousse à cette endroit précis s’est qu’il vit une expérience importante. Si je veux le couper, je peux lui demander et lui expliquer pourquoi je le coupe. Il y a un moyen que j’ai appris avec Gilles Wurtse, qui va pour toutes personnes, vous posé votre main dessus l’arbre après lui avoir expliqué, si quand vous dites, vous ressentez une expension au niveau du cœur, c’est ok pour l’arbre qu’il soit coupé. Si je ressens une fermeture, c’est « non ».

Il y avait avant les chamans qui en communiquant avec l’esprit de l’arbre, il savait les raisons pour laquelle l’arbre ne doit pas être coupé. Les chamans sont toujours là, mais notre monde actuelle s’est coupé de la relation au vivant. Il regarde le profit avant tout, il a donné du pouvoir à l’argent, alors que c’est de l’Amour.  Lorsque vous voulez construire ou achetez une maison, demandé à l’unité ou l’univer ou Dieu. Le lieu qui convient le mieux à la construction de votre maison, mais il est nesseçaire de tout lâcher, tout.  Vous aurez une maison parfait à un endroit parfait pour vous. Dans la demande, vous pouvez noter certains besoins.

 

Nous sommes déjà dans le monde de l’unité, mais nous avons choisi la séparation. J’ai vu chez moi, que je voulais absolument que le monde de la séparation vivre. Je voulais que mon monde existe, j’avais besoin de me sentir capable de faire vivre un monde, mon monde. Mais mon monde de séparation a été un monde de désespoire et d’espoire et de désespoire, chaque fois je me dis et si je vais arrivé, il y a un peu despoire, j’y crois à nouveau et je retombe dans le désespoire. Ça été comme ça pour tout, une vie d’espoire et pafe une vie de désespoire. Et j’aimerai telement que ce monde que j’ai créer fonctionne et j’ai encore de l’espoire qu’il fonctionne un peu, juste un peu. Et pourtant j’ai essayer, telement essayé de l’avoir fait vivre et il meure tout le temps.  Mais dans mes moments de désespoire, quand je suis bien au fond et que je n’ai plus aucun espoire, un petit chant que je connais s’anime au fond de mon cœur. Ce chant, je le connais, il m’appelle, c’est le chant de l’unité. J’aimerai le rejoindre le retrouver, j’aimerai revivre dans l’unité avec le Père et la mêre. Certain y vont directement, s’est un éveille instantanné, J’ai espérer que ça se passe ainsi, mais mon chemin fut plus long et plus conscient. Je me suis dit oui, je vais rejoindre ce chant et j’ai du voir tout ce que j’avais mis comme obstacle à ce chant. Ce chemin de retour n’a pas été facile et a été facile. Depuis le temps du bigbang ou lorsque le pêre m’a chassé du paradis, j’ai mis des couches sur chaque croyance, chaque pensée séparée, comme la trahison, j’ai vécu des vies ou la trahison en faisait partie et cette vie, je me suis aussi senti trahi. J’ai revu tous ses histoires se défaire, c’est intéressant, je connais mieux l’histoire maintenant. Toutes ses histoires vécu ont existé parce qu’à la base j’ai créer la trahison. Une fois que j’ai reconnu et pardonner « par donner » redonner à Dieu, la source, l’unité ce que j’avais créer et bien, la trahison n’existe plus. Cette pensée du monde séparer que j’ai créer n’est plus et j’ai cela pour chaque pensée que j’ai créer.

Pourquoi est pas facile et facile en même temps, c’est comme un tobogan. Si je saute et me laisse aller dans le tobogan s’est facile et même amusant, mais si je m’aggrippe de toutes mes forces s’est plus difficile. C’est pour expliquer à quelle point, on s’accroche à nos histoires, à quelle point on s’est identifié au monde de séparation. Le retour vers le chant de l’unité ou la source s’est riche, j’ai appris et pris conscience d’une tonne de chose. Il faut avoir du courage pour oser retourné revoir nos blessures, mais nous l’avons tous, car nous entendons tous le chant de l’unité. Oui et c’est quoi ce monde, en faite tout ce que vous avez vécu depuis la fécondité du sperme et de l’ovule ou plus simple et plus loin le bigbang, oui, tout. Je me suis indentifié au 3 corps, physique, émotionnel, mental, jai cru que j’étais cette enfant qui n’a pas pu avoir ce qu’il voulais et qui étais triste. En ce libérant de tout ce que j’ai cru être, mais que je n’ai pas été. Ce n’est pas en étant quelqu’un que je suis, que j’existe. Voir chapitre « être »

 

 

L’énergie pêre-ciel et l’énergie mêre-terre

J’exprime souvent selon l’énergie du Pêre, la vue de l’esprit et peu de l’énergie de la mêre-terre, la forme. Les 2 deux font un. Je vois l’énergie de la terre-mêre comme un processus vécu dans la forme. Les cycles des saisons, les lunes des femmes, le processus d’une maladie, l’expérience du plein, ce sentir aimé et nourris. L’incarnation des pensées, l’involution dans la matière. Tout ce qui touche au corps, la mort, la maison.  L’esprit dans la matière ou la matière dans l’esprit.  Je lâche des pensées en fesant de l’exercice ou je lâche des pensées en méditant. Comme le sperme et l’ovule lors de l’ovulation, ils fusionnent pour ne faire qu’un. J’ai dans mon corps un mélange de l’adn de mon pêre et de ma mêre. J’ai ses deux force en équilibre chez moi.  Suivant mes besoins, je pars d’une de l’esprit et fini par l’autre le corps. J’ai besoin pour ma part plus besoin d’expérimenter l’énergie du pêre. Peut-être car je suis un homme, lorsque j’étais en couple, ma compagne est plus dans l’énergie de la mêre et j’ai appris d’elle. Je pense qu’un jour, je trouverai l’équilibre de ses 2 qualités mêre et pêre.

Quand je lâche une croyance comme la « trahison », cette pensé, je l’ai vue, je l’ai cru, je l’ai vécu. Elle a été une graine qui qui s’est construite en arbre, qui s’est épanouille( je l’ai cru et je l’ai donné toute sa place) et après avoir vécu, elle donne ses fruits et meurt. Elle aura vécu tout le cycle de la mêre-terre. En mourrant, elle retourne vers l’énergie du pêre et c’est là que je la lâche, retrouve le vide, puis le plein. Un renouveau, la graine aura changé, elle aura évoluée vers une autre dimension. Une dimension d’Amour et d’unité. Elle recommencera un cycle. J’ai une notion ou je ne subirais plus la « Trahison », je subis le monde de séparation, il est cacher et je nie que je l’ai créer. Je le cache et j’accuse dieu de me faire vivre le monde séparé. Je serai auteur de nouvelles pensées, mais cette fois, je créerai avec le pêre-mêre dans son monde unifié. La forme et l’esprit unifié, l’esprit s’exprime dans la forme avec des nouvelles pensées co-crée et la forme par l’expérience enrichit l’Esprit.

 

 

Être et l’identification

Je n’ai pas besoin d’être pour exister, mais quand je suis, j’existe!

A la naissance, nous passons de l’expérience de plein à l’expérience de vide. Une fois dans le vide, nous voulons nous remplir rapidement de tout.

L’horoscope de naissance qui est une photo du ciel pris depuis le lieu de naissance. Cette photo montre les fréquences et donc les influences de l’Univer au moment de ma naissance. C’est aussi depuis le ventre de la mêre que l’enfant arrive au therme de la fabrication de la matrice.

Depuis le moment ou la féconadtion entre le sperme de mon pêre et l’ovule de ma mêre, je n’ai pas arrété de me construire, de me contruire dans ce monde, de créer ma personnalité, d’expérimenter mes émotions, de vivre le monde séparer en pensant que ce que je vis est ce que je suis. Je m’identifie totalement à ce monde séparé. Tout va bien ! Oui pourquoi ce remettre en question, si ce monde fonctionne. Mais je n’ai jamais entendu quelqu’un dire que ce monde fonction. Il y a la pauvreté, l’injustice des maladies, les gouvernements qui font pas leur boulot, mainteant il y a la terre qui est polluée et le réchauffement climatique. Ça va pas! Je pense que ça va pas quand je choisi le monde séparer, mon « moi » individuel et quand ça va je choisi avec l’unité mon « moi » unifié. Si je suis ou je veux être.

J’ai peur d’être, je me suis telement identifié à ma construction. Par exemple, une personne me vois et me dit : Ha, tu n’est pas bien habillé aujourd’hui. Je me dis :oups, elle a vue une partie de moi, sans amour. Je vais mieux m’habiller pour que cette partie soit aimée à nouveau. Là, je suis dans l’être qui veut exister et en existant être aimé. Si je suis, je vais aimer les habits que j’aurai mis, car je suis et les habits sont mon extantion.  Quand je suis, je ne suis pas touché, je m’indentifie pas à mes habits, ma construction, mais je m’identifie à l’être aimé. L’être aimé du pêre, je suis son fils et le fils de la mêre. Quand je suis, je suis à la maison du pêre, je vis une relation sainte avec le pêre et une relation unie avec la mêre. Je me suis pardonné d’être parti, je me suis pardonné d’avoir choisi un autre monde séparer de lui. J’ai un instant de second voulu être lui, Dieu. J’ai cru à cette pensée qui a dué un instant de second, j’ai cru que le monde de la séparation existant. Durant le bigbang,  le croyance en un monde séparer à durer une seconde. L’univers s’est ouvert et refermé aussitôt. Nous avons cru un instant que nous avons pu être séparer.

L’univer est donc vide et plein. Mais pas plein de matière comme une table, mais pein d’Amour. Vous me suivez ;)) je m’exxplique, comme à la naissance, je suis passé du ventre de ma mêre ( plein) au vide à la naissance. Je dois faire chemin inverse, lorsque je lâche ma croyance «  trahison », je revis le vide à l’intérieur de moi et je redeviens plein d’Amour. Le moment ou j’accepte de lâcher cette partie et de retrouver le vide pour le monde de la séparation s’est la fin. Il y a comme une panique ou les dernières pensées séparées s’affolent de peurs de ne plus exister. Je me suis alors identifié au vide que je suis. Ce vide fait peur, car dans ce vide, je n’existe plus comme je l’ai cru depuis la fécondité de l’ovule ou le bigbang. Mais c’est beau et paisible d’être de retour.

 

La Synchronisité

J’observe ce qui se passe en moi et à l’extérieur de moi dans le monde et la séparation entre ses deux mondes devient toujours plus fine, en faite, il n’ y a pas de séparation. Alors, j’apprend à voir les synchronisités.

Si un jour, je travaille sur mon enfant intérieur et ma relation avec ma mêre, je vais tombé sur des enfants avec leur mêre. Je projette ou attire ce que je vis intérieurement.

Il y a le problème et la solution, le blocage et l’outils pour le débloquer qui viennent en même temps. Mais bien souvent, je dis non à l’outils. J’aimerai rencontrer plus de monde et le jour oû ça vient, je dis »Non ».

Cela fait 2 ans que je vois des merles  autour de chez moi, je les vois presque tous les jours. Un jour, un ami me parle de l’esprit du merles. Que le merles aide à libérer par son chant tout ce que l’enfant n’a pu exprimé dans son enfance. Je fais de suite le lien, je travaille là dessus depuis 2 ans, je libère d’émotion que je n’ai pu exprimé enfant. Je fais un voyage chamanique pour rencontrer l’esprit du merle, je me guéris ! Je n’ai pratiquement pas revu de merle, 2 fois et à des moments précis ou je travaillais sur mon enfant.

J’entend les mêmes phrases de personne différent, dans la même soirée. Ça peut être un coup à la radio et l’autre d’une personne à table, sans que je n’aie influencé quoique que se soit. À la deuxième fois, je me dis ok, message reçu, c’est ça que je dois mettre en place chez moi.

Hier soir, je parle à un ami me dit dans une conversation d’un sujet qui le préocupe, ce sont les hommes qui doivent décider. Je vais manger une pizza, j’écoute l’autre table quand j’entend s’est les hommes qui décide.

Ça se passe toujours dans ma vie, devant la télé, en conversation.  J’ai plusieur fois la même phrase, le même schéma, la même histoire qui se déroule plusieur fois devant moi. C’est une réponse à ma question, c’est une partie de moi inconsciente qui fait surface. Le livre « la prophésie des Andes » dit que si l’on croire en peu de temps 3x la même personne, il faut l’inviter à prendre un verre, car vous avez quelques choses à partager.

Est-ce mon émition qui est projeté à l’extérieur et je le vois sur les différentes personne que je cotoie ?

Je pense qu’il y a de ça, car il y a plusieur stade de prise de conscience. Une pensée que j’ai enfouis profondément dans mon inconscient pour que personne la voie.  A un moment, suivant ce que je vis, il y a il y a le monde par ses fréquences vibratoires, une personne, un lieu, un mot, vient toucher la pensée enfouis pour la réveillé. Et a un moment donné du processus, la pensée va être projetée à l’extérieur. C’est là que les autres la ressentent et que je peux en prendre conscience. Je développerai ce processus plus bas. Souvent quand on me dit, toi tu es comme si ou comme ça, c’est que je le projette ou le montre à l’extérieur et je suis entrain d’en prendre conscience et guérir.  Un jour, une amie est allé voir un voyant, ce voyant a lu ce que je projettais et que j’étais entrain de guérir. Il a dit à mon amie de ce méfier de moi. J’ai reconnu que ce qu’il avait vu était bien en moi, mais je me suis senti jugé et je n’ai pu guérir ses pensées. Alors attention quand vous jugez une personne, le moment ou la personne laisse sortir et projette une pensée est un moment délicat, vulnérable. J’acceuille et j’accepte !

L’autre jour, j’ai lâcher le contrôle sur mon future et laiser venir ce qui devait venir, 5 minutes après, je suis tombé nez à nez sur une personne que j’aimerai rencontrer. C’est instantanné!

 

 

L’enseignant

le meilleur enseignement se n’est pas de grande explication et de grande théorie, mais simplement d’être. En revenant d’un stage d’une semaine avec une grande transformation. Sans explication de ce que j’ai libéré chez moi. Mon entourage ressentait tout ce que j’avais vécu. Nous sommes tous inter-relier, si je me suis libérer de la croyance que je suis séparé des autres, ma vibration émettera l’unité et chaque personne la ressentera. C’est pour moi le meilleur moyen de guérir l’humanité. Tout ce que j’écris ce n’est pas pour vous enseigner quelques chose, s’est parce que je ne l’ai pas encore bien compris. En écrivant, je pose et clarifie, je sintétise tout ce que j’ai vécu et expérimenté. Certaine fois, je pose un bout de texte et je le sens bizzard, ça vibre faut. J’écris encore et au fure et à mesure, mes pensées se clarifie. Je m’enseigne et prend conscience en même temps que j’écris. Je le fait vraiment pour moi, dans le but de le partager et s’éveiller. Je pense qu’un enseignant n’a pas encore intégré ce qu’il dit. Lorsque j’ai écris le texte sur le monde de la séparation, je l’exprime parce que j’y crois encore, je libère sa croyance en m’exprimant ou en écrivant. Au fure et à mesure que je me libère, je libère la vibration des pensées du monde séparer pour finir ne plus existé. Et je vibrerai au son de l’unité. Mais une étape après l’autre. En vibrant au son de l’unité, je montre à l’autre regarde s’est possible et lui permets de s’éveiller. Là, j’enseigne.

 

 

Le fonctionnement du conscient et de l’insconcient

Lorsque quelque chose est inconsciente, je l’a mets là pour me protéger. C’est une partie de moi que j’ai honte et que je n’ose pas me l’avouer.  Due à un événement vécu et cette pensée n’a pu être accepté, alors je l’ai enfouie, en espérant ne plus la revoir, je l’ai mis à la cave, dans la boite à oubli ;). Mais cette pensée est toujours agisante, elle vit et émets sa vibration en moi. Alors, je vais chercher à l’extérieur quelqu’un ou quelques choses qui va la réparer ou m’apprendre son contraire.

Comme moi par exemple, j’ai vécu l’insécurité. La vibration de l’insucurité vibrait. J’ai cherché la sécurité à l’extérieur, chez ma famille, ma maison, mes amis, la nourriture. En même temps, j’ai appris d’eux, comment font-il pour ce sentir en sécurité, j’ai appris à me protéger pour être en sécurité. Ça été un certain temps, mais un jour ma famille s’est disloqué et je me suis trouvé en total insécurité. Alors, j’ai cherché à guérir cette insécurité, parce que dans le fond tout me ramène à elle. Au fure à mesure que j’ai lâché mes subtitue à la sécurité comme les ami, la famille, la maison. J’ai tout essayé pour éviter de contacter ma blessure inconsciente.  Comme la grenouil dans le pot de crème qui pédale, pédale pour ne pas mourir et bien un jour, il faut arréter de pédaler et  aller voir dans l’inconscient et je suis pas mort, c’est tout le contraire. Ben, j’ai été d’accord de contacter cette blessure pour la libérer et ne plus être dépendant de la famille, des amis, de la maison.

Il y a un jour ou l’on décide contre gré ou mal gré, de ramener les pensée inconsciente au conscient, c’est un chemin. Ca été pour moi le jour ou après avoir tout essayer pour ne plus me sentir en insécurité pour un exemple. J’ai plongé dans la crème !

Vers l’inconscient

Lorsque je vis quelques choses, j’ai une émotion qui vient s’ajouter à ce que je vis, je pense que s’est souvent quand on subbit quelques choses. Lors d’une altercation, je rentre en conflit avec une personne, c’est quelques choses de nouveau et je n’ai pas les outils pour faire face. Sans moyen de se défendre, on est touché et on intégre les mots, l’histoire, les pensées non reconnu durant cette altercation. Souvent cette blessure estr existante. Si l’on ne revois pas cette altercation durant la journée tranquillement chez soi, pour la libérer. Elle restera enfouie. Un jour, que j’expliquais quelques choses à une personne, il m’a traité de con plusieures fois, 2 jours plus tard, c’est moi qui me traitait de con et 2 jours plus tard, je traitais les autres de con. C’est comme un virus, je l’attrappe et le refile plus loin. Lorsque je me voyais trater les autres de con, je me suis dit ça suffit. Mais, j’ai enfoui cette pensée dans mon inconscient. Je ne traitais plus personne de con, mais j’entendait un ami traiter tout le monde de con. Alors, j’ai travaillé dessus pour m’en libérer. Il revient de temps en temps lorsqu’une amie se traite de cone et je lui dit, non tu n’est pas cone.

Et bien c’est coome cela que ça se passe, on nous dit, on vit quelques choses et on y crois. J’ai cru que j’étais con. Il y a une partie ou l’on dit oui, je suis con et on l’intègre. Et une partie ou l’on dit « non » et on s’en libère. C’est la rêgle de 3 ou ce qu’a dit Jésus, tu me niera 3 fois.

Il suffit que je pense 3 fois que je suis con pour l’intégrer. Les 3 faces, je pense qu’elles sont en lien avec les 3 corps. Mental-émotionnel-physique.

Lorsque j’ai une pensée enfouie dans l’inconscient, en premier elle se fait réveiller par un phénomène extérieur ou une maladie, une douleur. C’est là que je me dit à il y a quelques choses et je dois gratter. Je me conecte à l’esprit Saint et je descend. Je revis les émotions, et découvre l’histoire qui a été bloquée lors de l’altercation. Enfin, je peux acceuillir et revivre l’histoire. Si je continue, je vois la pensée créatrice comme l’abandon par exemple. Voilà, cette pensée est consciente, 1ère face.Maintenant, le monde va la voir et je devrai lui dire « Non » . 2ème face, je me retrouve dans une situation similaire à celle de l’altercation. Je dois voir la situation différemment, si je recrois que je suis « con », elle va refaire un pas vers l’inconscient. Si je reconnais que je me suis cru « con » et que je me dis maintenant, je ne le suis plus. Je dis « non » et 3ème face, je vois ou j’entend quelqu’un qui se traite de con. Et après les con n’existe plus.

Une personne que j’aime beaucoup m’expliquait ce gage :

C’est une personne qui a été hospitalisé à Malévo car elle se prenait pour une souris. Après plusieurs séance avec les phychiatres, elle commençait à ne plus penser quelle est une souris, bien ! Les psychiatres vont à laisser sortir quand il lui demande, non, je sais très bien maintenant, je ne suis plus une souris. Il sors et devant la porte de l’asile, il y a un chat, mort de trouille le patient dit : mon dieu ya un chat. Mais vous venez de me dire que vous n’étiez pas une souris ou mais lui il s’est pas ;;)

Il est toujours important de faire attention ce que l’on dit à l’autre. Une personne qui est en phase d’incubation de « con » 3ème phase. On lui a dit, il a cru et il voit des con partout. C’est à la 3 ème phase qu’on devient contagieux, vaut mieux dire « non » à la première phase.  

On deviens quelques choses d’autre, nous sommes des êtres de lumière pur, isu de la source. À chaque fois que l’on crois à une pensée comme celle de con, on devient autre chose, des alliennes. Nous avons cru que nous étions autre chose que des êtres de lumière. C’est en reconnaissant chaque pensée redue insconciente comme « con ». Je me suis identifié à chaque émotion, chaque histoire de ma vie, chaque parties de moi que j’ai construite depuis que le spermatosoide de mon pêre à fécondé l’ovule de ma mêre.  Il y a dans certaines histoires de ma vie un attachement émotionnel, comme le « con ». j’ai d’abord vécu quelques choses, une action qui a été jugée par une autre personne. On m’a jugé de « con ». cette action était totalement neutre, je l’ai fait comme mon habitude et elle est toujours juste une action, mais le faite d’avoir cru que j’étais « con » me l’a rendu avec un attachement et peut-être un émotion de frustration. Et cet là que tout à commencé, nous sommes neutre, notre être est neutre et saint, toutes nos cellules sont neutre, nous vivons seulement une expérience d’Amour. Mais le faite de croire à une seul pensée, nous a fait croire que l’on était « con » jusqu’à la 3ème étape l’intégrer et s’indentifier complètement à « con ».  C’est pour cela que la guérison est possible parce que nous avons et sommes que neutre. C’est comme le gag, comme si je me suis cru une souris ou « con ». Il y a une peur, la peur d’être qui on est. C’est pour cela de me pensé « con » me rassure et permets de cacher qui je suis, j’ai peur d’être. Je crois qu’en étant moi saint, je ne serai pas aimé. Je pense que si je suis « con » et d’accuser l’autre, ça me donnera du pouvoir et je serai aimé. Plus simple, je demande d’aimé ce con que je m’accuse d’être. Donc j’accuse l’être divin, j’accuse le fils de Dieu, j’accuse le pêre. Tiens ça me rappelle quelques chose, j’accuse Jésus et je l’ai crucifié. Je pense porter une honte et une peur du pêre d’avoir tué son fils, le neutre, l’être divin. Comme si j’ai fait quelques choses à son insu et je préfère croire que je suis « con » qu’être neutre. La pensée de « con2 s’est moi qui l’ai créer, Dieu ne m’a pas traité de « con ». Elle est peu-être là la première erreur, je pense que s’est dieu, l’autre qui m’a traité de « con » à la première phase. Comme quelques choses qu’on m’a fait porter et que j’ai intégré dans mon corps.  Tout ce que je porte cache l’Amour, il y a derrière chaque pensées, un appel à l’Amour. L’Amour demande à être reconnu, c’est un choix. Lorsque je choisi l’Amour au lieu de la pensée « con », je me reconnais enfin, je retrouve qui je suis. Et la pensée « con » qui n’a jamais exister redevient Amour pour enfin chanter cette belle hymne à l’Amour, le chant de l’unité.

La pensée « con » s’est une pensée comme toutes pensées, de séparation, de haine, de peur, abandon, je pense que l’autre est gros, petit, un voleur, aussi les pensée positif, il est beau, fort… toutes !

 

Le monde énergétique

Ma découverte

Dans ce monde de séparation, il y a la dualité et donc deux monde. La matière et l’esprit.

Le monde de l’esprit ou le monde énergétique ne se voit pas avec les yeux du corps physique, mais avec la claire vision de l’Esprit. Elle était bloquée chez moi par le passé. Ce monde de l’esprit était interdit d’acces, par le passé, il y a beaucoup de croyance qui bloque cette acces. Tous les sens, audio, toucher, visuel, goût, ce retrouve dans l’Esprit et vous donne acces à ce monde énergétique. Au début, ça m’a donné acces à tout les mondes et m’a fait un peu peur, je ne connaissais pas ce nouveau monde qui s’ouvrait à moi. Je vois, je sens et j’entend. Mais au fure et à mesure de ma découverte de ce monde, je l’ai trouvé génial, c’est extraordinaire ! Je voyais les luttins, les fées, j’avais rencontré toute une famille de Lutins, ça m’a donné beaucoup de joie, j’ai rencontré un lutin guériseur, c’est de belle rencontre qui font du bien à l’âme. Au début, je me demandais, si je ne déconnais pas un peu, j’ai été très vite rassuré, mon chien les voyait aussi, chaque fois que j’en voyais un, mon chien le regardait. Après, j’ai pu partager avec d’autre personne qui voyait les mêmes choses que moi.

Chaque partie de matière a son esprit, une feuille à son Esprit, un ordinateur à son Esprit, une dent à son Esprit, une maison à son Esprit. J’ai demandé à l’Esprit de l’arbre en face de chez moi de m’expliquer comment il vitet voici…La matière vibre de la fréquence qui lui est propre, l’Esprit nait de cette vibration, il est là pour vivre l’expérience de la matière, comme nous les humains, quand on meurt l’Esprit rejoint le tout dans l’Esprit et la matière rejoint le tout dans la matière. L’Esprit est la vie de l’arbre, c’est la partie vivante et la matière de l’arbre est la partie qui permets la vie, permets l’expérience. Les deux sont lié, lorsque l’expérience est terminée l’Esprit de l’arbre retourne dans le « tout », l’expérience de chaque Esprit nourrit le « tout » et le permets d’évoluer. La matière évolue sans cesse, un arbre apparue sur terre, il y a des siècle et évolue à chaque second, il est en lien avec tout le ciel et le mouvement de la terre dans le systhème solaire et dans l’univers, chaque second est unique. C’est comme un papier musique qui se découre, chaque note à une influence sur la matière, sur l’arbre, c’est incroyable.

 

 

L’évolution

Nous avons une partie à intégrer qui fait partie de l’évolution du monde, cette partie va devoir être reçu jusque dans notre corps, nos cellules pour que le corps (la matière) et l’Esprit s’unissent en passant par le cœur. Lorsque j’écris, je reçois des compréhensions que je n’avais pas conscience. Je n’apprend pas quelques chose en plus, je lâche mes vieilles croyances pour que la compréhension soit vue. Exemple : j’ai écris plus haut que pour un arbre qu’à chaque second, il évolue, je pense dans ma tête que ça doit être comme ça, mais là je l’ai entendu avec une clareté, j’ai lâché ma croyance que les arbre n’évolue, que c’est le même depuis toujours. Mais c’est pas tout, cette nouvelle compréhension est venu toucher mes cellules, j’ai eu l’émotion directement, j’ai été touché par cette compréhension, j’avais une croyance qui me disait non, ce n’est pas comme ça. Cette compréhension ou cette vérité a traversé la croyance et m’a permis de voir à quelle point chaque second était importante dans mon évolution.

Le vrai du faux

Comment fait-on la distintion du vrai du faux ?

J’avais peur de croire encore à de nouvelles croyance et de m’éloigner de la source au lieu de m’y approcher.

Comment savoir, si ce que j’entend est vrai ou faux ?

Pour ma part, j’ai décidé de retrouvé la source, que tout ce que je vivrai sera là pour me permettre de retrouver la source, le monde de l’unité, la vérité.

J’ai appris à ne rien croire ce qu’on me dit et toujours m’écouter. En faite ça ne change pas, si on m’affirme quelques choses d’éroné, c’est que en moi, c’est érroné et ça me permets d’en prendre conscience de cette faux croyance et le chemin vers la vérité, la source ce fait tout seul. Pour moi, il y a une vérité que nous avons tous acces. L’Esprit de l’arbre qui me transmets que chaque second, il évolue, nous devrions tous l’avoir. C’est délicat de parler de la vérité,  Est-ce seulement le fonctionnement de l’univers dans notre dimension. En tout cas ça me semble plus vrai que des fausse croyance, si je pense que l’arbre n’évolue pas et qu’il n’a pas e conscience, quand je dit cela ça me sers au niveau du cœur. Et je sais que c’est faux. Bon, moi dans un premier temps, je retrouve la vérité et l’unité et après, ce que je suis sûr qu’on a tous la même vérité, la même connaisance qui nous est donnée.

 

 

 

Last modified : 1/20/2020 6:51:43 PM

Yann Troillet

Batterie Duay 3081
1911 Mayens-de-Chamoson

Mobile : 079 303 46 06
yann[arobase]cheminconscient[pt]com