Texte " les ancêtres"

Les ancêtres

Ce que j’écris, je l’ai expérimenté. J’écris à mon niveau de conscience, je suis un être en évolution. Chaque jour, je prends conscience de quelque chose et le texte évolue. Lisez et vivez votre propre expérience, ne croyez pas ce que je dis.

Si ce texte vous questionne, essayer d'y répondre par vous même et si la question n'a pas trouvé sa réponse, posez la moi par mail et j’y réponderai dans les prochains textes, ça me permettera d'aller plus loin.

Selon les Amérindiens nous avons dans nos mémoires 7 générations d’ancêtres, ce qui fait 128 ancêtres, plus les oncles et cousins, ça en fait beaucoup.

Le travail que nous faisons est très important dans la transmission et la libération.

Je libère aussi les 7 générations à venir en me libérant.

Le passé et le futur.

Je suis la personne qui tient le flambeau, mon père et ma mère me l’ont transmis à la naissance, je porte en moi toute la vie de mes ancêtres

En arrivant sur terre, je choisis ma famille pour son code génétique. Pour l’évolution et l’expérience qu’elle me permet d’accomplir.

Il y a selon l’énergie père-ciel des schémas à se libérer et selon mère-terre des schémas à intégrer.

Quand je suis arrivé sur terre, j’ai reçu tout le bagage de mes ancêtres et de mes vies passées. Je les ai tous choisis.  De part les gènes, j’ai choisi, certaines parties de l’un de mes ancêtres et certaines de l’autre.

En travaillant sur mes mémoires, par quel biais ai-je accédé à ces mémoires par quelle porte? Soit c’est le corps qui exprime quelques choses, par une douleur ou une maladie. Par exemple :

- Je travaillais dans un home pour personnes âgées et j’ai commencé à avoir des douleurs aux épaules avec une énorme inflammation sur une épaule, ne pouvant plus la lever. En discutant avec un oncle, j’ai vu qu’il avait le même problème déclenché par une autre situation.  Alors, j’ai commencé à explorer ma douleur dans les épaules, j’ai écouté l’histoire que le corps exprimait. Ça été tout d’abord une histoire de ma vie, sur le déséquilibre que j’ai vécu, un besoin de garder les choses sans qu’elles changent, j’ai une des images, des ressentis, des pensées. J’ai continué à explorer, et j’ai vu l’histoire d’un ancêtre qui a voulu fonctionner toute sa vie de la même manière, il tenait à ses idées comme seul vérité, il a fini par ce créer des douleurs aux épaules avec un rhumatisme que j’ai ressenti dans mon corps au moment de m’en libérer. Lorsque j’ai libéré cette histoire, j’ai vu dans mon cœur les générations futures me remercier d’avoir libérer.

- Un moment donné dans ma vie, je voyais des pendus partout, en marchand je tombais sur la colline des pendus. J’ai vu une thérapeute qui me dit que j’ai une histoire avec la pendaison, j’ai mal à la nuque et on me dit que c’est souvent là que le pendu est énuqué. J’ai des idées de vouloir me pendre sans que j’ai l’envi d’en finir, alors j’explore et je tombe sur une histoire d’ancêtre où je vois un revolver, un vol et toute une histoire très forte, une personne qui est arrêtée et pendue. Je me dis ha, ben voilà ! Je demande à une personne qui fait des recherches généalogiques sur cette famille et elle trouve par écrit, qu’il y a eu dans cette famille un meurtre avec une arme, dû à un gros conflit familial.

Il n’y a pas besoin d’explorer, tout est là. Dans mes fonctionnements, mon caractère, mes émotions, chaque événement de la vie me permet de pardonner, de guérir.

La moindre situation présente est en lien avec mon passé, en lien avec mes ancêtres. Mes capacités d’explorateur sont transmis par mes ancêtres. Ils ont déjà fait ce travail de libération et certaines autres parties n’ont pu être libéré et je continue ce travail, tout est parfait ! L’idéal pour moi est de libérer tout ce que j’ai vécu cette vie et ce que mes ancêtres m’ont transmis. Je suis ce maillon de la chaine parce que j’ai les capacités de remplir mon rôle à la perfection. Chaque ancêtre vit à travers moi.

J’ai un ancêtre qui a été alcoolique, je le sens souvent près de moi, je travaille pour le libérer. J’ai aussi une belle histoire avec l’alcool dans ma vie, j’ai pensé finir alcoolique, maintenant c’est bon. Mais quand je bois un verre de rouge, je fais plaisir à cet ancêtre car il peut revivre l’ivresse de l’alcool à travers moi. J’alimente mon « alcoolique » et le sien. En même temps, je me permets de prendre conscience de tout ce qui me pousse à boire un rouge ou deux. C’est comme l’ancêtre, l’échec, la dévalorisation, l’incapable, le »bon à rien ». Je crois que je suis encore ces pensées, dès que je les accepterai, elles se libéreront. Chaque fois qu’une situation difficile, une situation que je dois résoudre, d’un conflit, une injustice, se présente à moi. Soit bien attentif à ce qui se passe en toi, il est important de toucher chez moi ce qui a crée cette situation et de la manière dont je la résous. Elle se présente car elle a un lien avec mon passé et peut-être celui des ancêtres. Il m’est important d’aller jusqu’à la racine de la situation ou le plus profond que je peux toucher ou y faire déjà un bout de chemin. Certainement que la même situation se représentera une prochaine fois pour être pardonné à nouveau ou me permettre d’explorer plus profondément avec un recul suffisant afin d’être moins touché.

 

Ce que je trouve formidable c’est qu’on est tous conscient de ce qu’on a de nos ancêtres. A un moment donné dans ma vie, j’ai rencontré toutes les branches de mes ancêtres, les cousins de 1 degré, de 2ème, de 3ème, les enfants et même plus loin, des histoires d’autres familles en liens avec la nôtre. Comme si j’avais besoin de reconnaître chaque partie de moi. Et ce que j’ai trouvé incroyable, c’est que leur rencontre correspondait à ce que j’étais entrain d’explorer de cette même partie de moi, de ces mêmes gènes que j’ai choisis.

Exemple :

- je voyais chez moi, cette difficulté avec le travail et l’argent. Je n’osais jamais demander un salaire à ma valeur, mais toujours trop bas. J’essayais de toutes les manières du monde de ne pas travailler pour l’argent. Je devais beaucoup donner et peu recevoir en retour. J’ai exploré cette histoire et j’ai trouvé un ancêtre qui a exploité les autres, il s’est fait beaucoup d’argent sur le dos des autres. Un soir, je discute avec une cousine éloignée qui porte le même nom de famille que moi. On parle de salaire et elle me dit «  moi, je ne travaille pas pour l’argent ». Wahou, je pense qu’on porte la même histoire en nous et que le sentiment d’exploiter l’autre est tellement présent, qu’on fait l’opposer. C’est que ça m’a dit et c’est ce que je vis.

- J’ai commencé à m’intéresser aux fleurs, j’ai confectionné des teintures mères et en confectionnant ces teintures, j’avais des peurs pas possible. Je ne devais pas montrer à quelqu’un ce que je fesais. Au début, j’avais très peur qu’on sache que je préparais des teintures, j’étais sûr que j’allais finir sur le bûcher. Une peur tétanisante.  En les préparant, je devenais une sorcière et… J’ai exploré cette peur et je suis tombé sur une ancêtre qui a été une femme qui soignait avec les plantes dite sorcière. J’ai revécu ses peurs  d’être condamné à mort, j’ai revécue à travers mon corps ceux qu’elle a vécu sur le bûcher. En le revivant, je me suis libéré et elle part par la même occasion.  J’ai un cousin de la même lignée qui travaille avec les fleurs, mais à petite dose. On parle souvent de fleurs et je vais toujours chez elle lui présenter mes nouvelles confections.

 

 

 

 

Un événement et sa transmission trans-générationnelle.

Je pense qu’il y a 2 manières de transmettre, par l’énergie, par le corps et la transmission oral.

Par le corps : Dans le ventre de sa mère, l’enfant reçoit les gènes qu’il a choisi, les gènes que le père et la mère ont au moment de l’accouplement.  Le disque dur !

J’ai remarqué que certaines maladies ou comportements se transmettent une génération sur 2. J’ai certaines maladies qui sont les mêmes que la sœur de ma mère. Je n’ai pas plus de connaissance là-dessus.

 

Par voix oral :

Les parents ont en eux l’histoire et mémoire des ancêtres, ils sont confrontés à ça et à leur histoire. Ils vont transmettre à l’enfant leur solution, leur bout de chemin, leur rôle de maillon.

Ce que le parent vit, l’enfant peut le voir avec distance et comprendre comment le parent résout cette situation. L’enfant va remettre en question tout le fonctionnement du parent, et cela va lui permettre d’évoluer de devenir son propre maillon avec sa propre mission. Il va continuer le chemin des parents. Ce qui est transformé après durant tout le temps ou les générations vivent côte à côte sont transmise par l’énergie

 

Par l’énergie :

Tout ce que je libère durant mon existence chez moi sera libéré chez moi. Peut permettre au membre de ma famille de se libérer à leur tour, se qui bouge chez moi, bouge chez les autres membres de ma famille. Si une personne de ma famille vit une situation, cette même situation va émerger chez moi ou se présenter dans le monde d’une certaine manière et je vais pouvoir en prendre conscience et la guérir.  J’ai remarquer que tel cousin à vécu une situation similaire à la mienne dans sa vie, correspondant à un gène, une mémoire. Un autre cousin a vécu la situation que je ne voulais absolument pas vivre, j’ai évité de la vivre. Comme si cette situation avait déjà été vécu et avait fait souffrir mes ancêtres.

Lorsqu’une personne de la famille décédé, elle transmet par l’énergie toute son histoire, celle quelle n’a pu libérer, la redonne aux membres de sa famille. Elle transmet plus loin ce quel a intégré et ce qu’elle n’a pu libérer. Après, j’ai le choix de revivre la même histoire ou de m’en libérer.

La conscientisation du processus de libération que je propose à travers mes ateliers, géobiologie, soins sont là pour vous apprendre à devenir des explorateurs. Je propose l’aventure intérieure. En parlant d’ancêtres, j’ai 2 oncles et des ancêtres «guide de montagne», j’ai reçu leurs qualités. Chaque qualité m’a été transmise par mes ancêtres, elles me permettent d’être qui je suis. Ils ont fait du bon boulot et je les honore aujourd’hui !

 

L’histoire du dessus avec mon ancêtre « sorcière »

Il y a plusieurs générations entre elle et moi. Ce que je peux dire sur la transmission sur un tel événement dans une famille. Les personnes de la famille, les sœurs, frères, enfants  ont vécu cet événement, ou cette ancêtre a été brûlée sur le bûcher. Ils ont vécu la honte, la peur, l’impuissance. Ses émotions ont été transmises aux générations futures. Je peux voir dans les descendants de cette ancêtre « sorcière » certaines maladies ou certains comportements, mais je ne peux faire des liens avec l’événement vécu. Ce que je ressens chez moi comme présent, c’est cette peur d’être condamné et mis sur le bûcher. J’ai par ailleurs fait un lien, j’ai une légère insuffisance des reins. En explorant mes reins, je me suis retrouvé sur ma propre histoire et plus profondément l’histoire d’une ancêtre ou le feu a brûlé toute sa maison dans le même village que mon ancêtre «  sorcière ».  Mon ancêtre a vécu cela comme un traumatisme et les reins ont gardé imprimé cette peur. Elle a été malade de ses reins toute sa vie. La peur que je ressens en confectionnant les plantes vient de mes reins. Le feu du bûcher et le feu de la maison sont pour moi en lien.

 

Le lieu

Chaque village a sa propre énergie, sa propre histoire. Quand je visite un village où mes ancêtres ont vécu, les mémoires résonnent en moi. C’est un moyen que j’utilise pour guérir. En temps que géobiologiste, lorsque je visite une église, cathédrale, une habitation, chaque lieu me permet de prendre conscience des mémoires d’ancêtres et de m’en libérer. 

Exemple : Dans l’église de Chessel, j’ai guéri toute une histoire sur la foi. A travers, ce que j’ai vécu de la religion Cartholique, j’ai perdu la confiance au père-ciel, j’ai été très en colère dans ma vie et mes ancêtres ont aussi perdu en leur temps de ce qu’ils ont vécu par rapport à l’église cette foi au Père-ciel, cette confiance à un père aimant et créateur.  Dans l’église de Chessel, il y avait avant un ancien lieu Celte. J’ai pu traverser mes mémoires «  foi du père » et retrouver le lieu Celte en moi et avec d’autres mémoires.

Dans votre maison, il y a toute votre histoire et l’histoire de votre famille. Vous l’avez choisi pour cela quelle soit totalement neuve ou appartenant à votre famille depuis plusieurs générations.

 

Les vies passées

Les mémoires de mes ancêtres sont imprimées dans le corps et pour m’en libérer, je dois revivre dans le corps.

Mes vies passées sont imprimées dans l’énergie avec une certaine impression dans le corps.

Je pense que c’est comme les mémoires des ancêtres, on en a conscience au fur et à mesure de notre vie, pas besoin d’aller les rechercher, elle viennent à la conscience.

J’ai toujours pensé avoir été ça, avoir vécu ceci et cela.

J’ai revécu plusieurs vies passées, il y a un lien avec une vie passée et l’histoire passée de mes ancêtres.

Exemple :

- Un moment donné dans ma vie, je suis tombée et j’ai eu un immense sentiment de déshonneur, je me sentais déshonorer. Je ne comprenais pas pourquoi un tel sentiment émergeait avec simplement le fait d’être tombé. J’ai exploré ce sentiment de déshonneur et je me suis vu comme samouraï, j’avais été déshonoré et je devais me faire un harakiri. J’ai revécu la scène, j’ai eu de l’émotion et après plusieurs explorations, je m’en suis libéré et maintenant je suis honoré de vous la raconter.

-Une vie passée au temps des Atlantes a provoqué une fissure qui m’a fait vivre une vie de grand prêtre chez les Incas ou j’ai fait des sacrifices et me suis rendu très coupable. Ce qui m’a fait vivre plusieurs vies comme esclave. Ce qui m’a fait vivre certaines situations dramatiques dans cette vie. Je me disais vivre une véritable injustice dans cette vie. Mais en ayant exploré cette injustice, elle reflète ces vies.  Ce drame représente un condensé de la suite de ces vies.

- J’ai travaillé pour une cliente sur Verbier et elle invitait pour ses repas de la haut société bourgeoise. Ils parlaient souvent des rois, de la monarchie. Et c’était justement, le temps ou j’explorais une vie où j’ai vécu en temps que roi de France, j’avais le sang bleu. J’ai vu un documentaire sur ce roi qui a fini guillotiné. En regardant le documentaire, j’ai eu de l’émotion, je revivais chaque période de sa vie. Chaque situation résonne avec quelque chose chez moi. Quelque chose émerge chez moi et je le projette ou la situation fait émerger quelque chose chez moi.

 

Quand je subissais ma vie c’était très difficile. Je n’avais aucun moyen de changer quelque chose. Maintenant que j’ai conscience et ce que j’explore, je fais des liens entre mes ancêtres, mes vies passées et ce que j’ai vécu et que je vis. Je peux prendre la responsabilité de tout de tout ce que je vis. J’ai crée chaque situation. Chaque situation qui était un poids, me permet d’avoir conscience de chacune de mes créations et de les libérer. Si je ne les avais pas manifestée dans la forme, dans l’expérience, je ne pourrais les voir.

Mon but est de retrouver la Source en moi. Avant le début, avant le bigbang pour être dans cette lumière maintenant. C’est pour cela que j’explore dans le corps et remonte les vies. Chaque petite chose du passé a une influence dans mon présent. C’est mon « cheminconscient ».

 

 

Passeur d’âme

J’ai suivi un cours de passeur d’âme. Quand une personne meurt, il reste ce que la personne n’a pu libérer ou mettre à la lumière. Cette partie non libérée continue à croire à son histoire non guérie et à errer dans le monde extérieur, cette même partie est à l’intérieur de nous. Ce sont des mémoires d’ancêtres transmises par les gènes. Comme des vies passées, elles errent dans le monde de séparation (voir texte monde séparé).

Pour moi, tout ce que je vois dans le monde physique ou énergétique est ma projection. Quand une âme errante vient dans ma vie, c’est que j’ai une résonnance avec elle. Il y a un schéma de pensée en moi qui est activé, qui va émerger de l’inconscient. Tout est en lien.

 

Pour m’en libérer, j’ai 2 approches, soit comme passeur d’âme ou je fait passer les âmes du monde de séparer au monde de lumière et les libère. Soit, j’explore en moi et me libère des mémoires laissés par les ancêtres.

Un faisant le passage d’âme, je sentais en moi libérer les mémoires ou en libérant en moi, les âmes se libèrent.

 

Les outils

J’ai croisé une personne un jour qui m’a dit : on sait se créer des maladies, on doit aussi savoir en guérir.

Il y a tout un cheminement d’intégration de la pensée, à l’émotion au corps que j’explique dans le texte «  le monde séparé » et j’apprends à travers mes différentes activités le chemin inverse, du corps, en passant par l’émotion et la pensée. C’est ce que j’appelle l’exploration ou l’introspection. Avec ça, vous pouvez aller libérer tout ce que vous voulez, c’est le moyen le plus direct que je connaisse. Et j’en ai du boulot !

 

 

Last modified : 3/22/2019 11:04:06 AM

Yann Troillet

Batterie Duay 3081
1911 Mayens-de-Chamoson

Mobile : 079 303 46 06
yann[arobase]cheminconscient[pt]com